6 mai 1942 - Déclamation "Le retour"

Au bord de la forêt était une chaumière au toit garni d'écorce, obscur et triste à voir. Le jour quatre carreaux lui donnaient la lumière et la lueur du poêle était sa lampe du soir.

Une femme encore jeune, portant sur son front incliné les traces du chagrin, était assise seule à la porte du poêle et filait sa quenouille en chantant un refrain. Auprès d'elle un enfant sur grabat de mousse doucement s'endormait en priant le bon Dieu. Ernest avait dix ans, sa parole était douce; il était le meilleur des enfants de ce lieu.

Et cette pauvre femme regardait une croix pendue au mur noirci. De longs soupirs s'échappaient de son âme; de temps en temps encore ses paupières baissées laissaient couler des pleurs. Elle n'espérait plus. D'une voix oppressée, elle disait : "Oh! ciel, il ne reviendra plus".

Et comme elle parlait ainsi un homme appuyé sur un bâton noueux vint frapper à la porte rustique. Elle trembla comme une colombe à l'approche du vautour.

-Femme, dit l'étranger, je tombe de fatigue, pourrai-je attendre ici le retour de l'aube?
-Asseyez-vous, monsieur, que Dieu vous conserve, qu'il vous donne la paix et qu'il calme ma douleur.
Sans plus attendre, l'inconnu vint s'asseoir près du feu. Son œil était doux et tendre. Il inspirait confiance en premier lieu.
-Femme, votre douleur est-elle sans remède? Votre cœur abattu ne peut-il espérer?
-Hélas, reprit la femme essuyant une larme, j'ai connu le bonheur et j'ai béni mon sort. Pour moi maintenant, le jour n'a plus de charme, je n'aime plus la vie et cependant je crains la mort. Par mon travail constant, j'éloigne la misère. Mon petit Ernest est si beau, si vermeil. Pauvre ange, il ne sait pas tous les pleurs que sa mère verse pendant son sommeil. Le pauvre petit n'a point le souvenir de son père; il ne quittait pas encore mes genoux lorsque cet homme adoré s'en alla loin de nous sur des rives étrangères cueillir de l'or. Qu'avions-nous besoin de ces richesses vaines? Nous nous aimions tous deux et c'était le bonheur. La pauvreté vit des heures sereines et l'or ne guérit point les blessures du cœur. Ah! si je le revoyais avant de descendre au sombre tombeau que m'ouvrent les ennuis. Je prie en vain le ciel; il ne veut pas m'entendre, il reste sourd à mes appels. Les jours sont pour moi plus sombres que les nuits.

Tandis qu'elle racontait ainsi les misères de sa vie, de grosses larmes s'échappaient des yeux de l'inconnu. Tout à coup, il se jette dans ses bras et s'écrie :
-Femme, console-toi, ton époux est revenu.

©Tous droits réservés








Jeannette Gauthier
(alias Jean LePhilosophe)

Jean LePhilosophe