Le frette est notre sauveur au Québec



Le frette est notre sauveur au Québec. Notre protecteur. Notre plus belle richesse. Parce que si on est tellement à l'abri, ici, dans notre p'tit Québec, de tous les grands problèmes de la planète, c'est grâce au frette!

Regardez tous les endroits où ça va mal dans le monde. On les voit aux nouvelles. Ce sont toutes des places où les gens sont en manches courtes! L'Afrique, l'Irak, Israël, Haïti, l'Amérique du Sud.

Le trouble est frileux!
Savez-vous pourquoi?
Parce que le trouble est frileux. Le trouble aime pas le frette.
Le trouble aime les endroits où il fait chaud.
Où il y a le beau soleil. Où il peut s'étendre et écoeurer le peuple longtemps. Y est pas fou, le trouble.
Descendre dans la rue pour pitcher des roches, à 22 sous zéro, ça ne le tente pas. Se battre pour un morceau de terre qu'il faut que tu passes six mois à pelleter, y aime autant le laisser aux voisins.

À notre télé journal, on ne parle pas souvent du Groenland, de l'Islande, du pôle Nord ou du pôle Sud dans les manchettes. Le trouble ne va jamais là. Mais les troubles qu'on raconte, c'est pas des vrais troubles. Nos hôpitaux, nos écoles, ça ne se compare pas à un génocide, à une révolution ou à une guerre civile.

Nos problèmes sont tellement niaiseux qu'ils n'en parlent pas ailleurs. Pensez-vous qu'aux nouvelles d'Israël, le présentateur raconte nos crises politiques ou sportives. Non. En Israël, ils ne parlent jamais du Québec. Parce que le trouble habite chez eux à l'année, tandis qu'il ne vient jamais mettre les pieds ici, de peur de se les congeler!

Nous, on n'a pas besoin de bombe atomique pour nous protéger, une vague de froid, ça vaut bien des armes de destruction massive.

Je vous le dis, le frette, c'est la paix. La sainte paix.
Et c'est ce désintéressement généralisé du monde entier pour les pays frettes qui nous sauve de tous les grands conflits majeurs.

C'est tellement pas attirant, un pays glacé, que même nous, qui habitons là, on n'en veut pas. À tous les référendums, on nous demande: "Voulez-vous de ce pays?" Et on répond toujours: "Non merci!" Pensez-vous qu'un autre pays va se donner la peine de venir se battre pour conquérir un pays que ses propres habitants rejettent? Pourquoi se battre pour un pays où on ne terminera même pas ses jours? Se battre pour les terrains de golf de la Floride, OK! Mais se battre pour quelques arpents de neige, franchement!

Cela saute aux yeux. Si nous vivons dans un endroit paisible, où même les révolutions sont tranquilles, et que le pire qu'il peut arriver, c'est le verglas, c'est grâce à notre climat nordique.

Donc, au lieu de sacrer contre le froid et d'essayer tant bien que mal de se plaindre, car on a les lèvres gelées, remercions le ciel en grelottant de nous avoir offert une contrée polaire. Prions fort pour que le monde entier continue de nous ignorer et pour que l'effet de serre ne nous réchauffe pas trop vite.

Vive la paix frette!



 

 

Texte de notre incomparable Stéphane Laporte,
collaboration spéciale
La Presse