La St-Valentin bientôt… Pas seulement la fête des amoureux… Pourquoi ne pas en faire la Fête de l'amitié? Car il faut avoir de l'amitié pour nos amours, sinon ce ne sont que des feux de pailles qui ne durent que le temps d'une rose. De même, ce pourrait être la Fête de l'amour filial. Il y a tellement de parents qui vivent dans la solitude et qui auraient besoin seulement d'un mot gentil ou d'un court message téléphonique pour embellir la fin de leur vie. Pourquoi-pas? C'est si court la vie. Essayons de la vivre dans la douceur et la paix. " Aimons-nous, mes frères, aimons-nous pour toujours ", comme dit la chanson …


La vraie solitude

Lorsque j'étais enfant, mon père me racontait des histoires de personnes seules, vivant difficilement leur solitude dans le temps des fêtes. Il me racontait: " Un de mes oncles avait été absent pendant dix années sans donner aucune nouvelle à mes grands-parents. Dans ce temps-là, les moyens de se renseigner étant plus difficiles, ma grand-mère est décédée sans savoir ce qu'était devenu son fils Ferdinand. Chaque jour de l'an, elle mettait un couvert de plus à sa table, espérant le retour de son enfant. Elle lui aurait sûrement ouvert les bras avec tellement de bonheur. Grand-maman est partie pour le grand voyage, sans aucune nouvelle de son fils."

Moi, en écoutant les histoires de mon père, je me disais que la solitude ça ne m'arriverait jamais. J'étais jeune, débordant de vie, j'avais des amis, des frères, des sœurs. Plus tard, j'aurais sûrement une famille avec beaucoup, beaucoup d'enfants. Et bien, oui, j'ai eu tout ce que je désirais… J'avais une compagne charmante, des enfants que j'aimais. Souvent, mon épouse organisait des partys où les amis, la parenté et les voisins étaient les bienvenus. C'était la belle vie quoi ! Non, la solitude ne saurait jamais m'atteindre.


Pourtant, un jour, elle est arrivée, cette solitude tant redoutée… Qui ne l'a pas ressentie, lorsque les frères et les sœurs sont absents ou tous décédés…Avec qui évoquer des souvenirs d'enfance? C'est encore plus difficile lorsque l'un des deux conjoints est absent, soit par un décès ou un divorce, que ce soit pour une raison ou une autre, l'absence n'en est pas moins pénible. Les enfants, eux, se sont tous envolés comme de jeunes oiseaux prenant leur essor. Comme dit une vieille chanson : ( Que reste-t-il de nos amours? Dites-le moi…)


Aujourd'hui, je suis un joyeux retraité … non, surtout pas un vieillard !!! Des vieillards, c'est passé de mode. Je fais partie des gens du troisième âge. De quoi me plaindrais-je, puisque c'est l'âge d'or?… Pourtant, l'or ne fabrique pas toujours le bonheur…Il y a parfois beaucoup de détresses cachées dans les yeux de ces joyeux lurons. C'est cela le paraître et le non paraître. Comme si la vieillesse était une maladie ... Oui, en fin de compte, c'est peut-être une maladie, puisqu'il y a beaucoup de gens qui en meurt.

Pourtant, un jour ou l'autre, il faudra faire face à la réalité. C'est pourquoi nous devrions bénir cet âge d'or qui, en nous plongeant dans la solitude, nous oblige à faire une rétrospective de notre vie. À cette veille de la St-Valentin ,comme beaucoup d'autres personnes seules, je ressens une grande tristesse. Pourquoi ressent-on cette solitude tellement lourde quelque fois, alors que la même vie nous paraît tellement meilleure certains jours?


On dit souvent aux personnes âgées: ( Ne vivez pas dans le passé!!! ) Que nous resterait-il sans le passé, puisque nous sommes seuls dans le présent?… C'est pourquoi avoir un passé et y faire face, c'est une richesse qui meuble notre solitude. Pourquoi vouloir tout oublier? Essayons plutôt de comprendre le pourquoi des choses qui nous ont dérangé et qui étaient là pour nous faire avancer. C'est ce qui donne un vrai sens à notre vie et nous aide à retrouver la sérénité et à accepter d'être seul maintenant.
Le passé, le présent et l'avenir ne sont qu'un tout. C'est ce qui fait notre personnalité, et il ne faut pas la renier. Tout est là pour réaliser que nous avons eu une vie bien remplie, avec tout ce que nous avons pu donner et recevoir de meilleur. Vivons le moment présent en remerciant Dieu d'avoir encore la mémoire des souvenirs, qu'ils aient été heureux ou malheureux.
Après avoir fait cet écrit, je me rends compte que la vraie solitude n'existe pas. En communiquant avec le papier, je sais qu'un jour je rejoindrai une autre personne qui comprendra qu'elle n'ait pas seule dans sa solitude, le soir de la St-Valentin.


Jeannette Gauthier
(alias Jean LePhilosophe)

Jean LePhilosophe

 

<BGSOUND SRC="tellhim.mid" LOOP=10> Un clic à droite sur l'icône pour ajuster le volume.
Right Click on the icon to adjust sounds.