Je reviendrai voir mon village,
La maison où je suis né.
Je songerai à mon enfance sage
Dans un décor tant aimé.


Je marcherai sur cette terre
Que j’ai souvent piétinée.
Je pleurerai les beaux jours éphémères
Qui couraient dans l’herbe satinée.


Je caresserai la grande chaise
Qui berçait ma mère, fatiguée,
Assise devant la chaude braise
Qui s’éteignait dans la cheminée.


Je reverrai son pur sourire
Plus doux que celui d’un ange
Qui venait tendrement mourir
Dans un sommeil d’ange.


Je la reverrai toujours si belle
Avec ses tempes légèrement blanches,
Ses yeux limpides comme le ciel
Qui me rappelaient ceux des anges.


Je reverrai couler le ruisseau.
J’entendrai son murmure dans les branches.
J’écouterai le gazouillement des oiseaux,
Quelle belle musique étrange”…


Je reviendrai dans ma campagne
Qui a bercé mes beaux rêves.
Je reverrai ma petite cabane
Pleine d’amour et de simples rêves…

Poème : Prince Desbois (E.G.)
1960-2009 ©Tous droits réservés
Fête des mères: 10 mai 2009


Retour