Jeannette
(alias Jean LePhilosophe)
vous présente

"LE RUBAN ROSE"
#18

"Dernier traitement"

2 au 13 Mars 2008 - Quel soulagement! Enfin, fini les hôpitaux à tous les jours! Marielle vient me chercher, une surprise m'attendait à la maison : mes amies, la bouteille de champagne, mon gâteau préféré, des ballons, des fleurs.
Je dis merci à toutes mes amies pour le support et le dévouement dont elles ont fait preuve durant ma maladie. Je leur dis que mes résolutions sont bien ancrées en moi, à l'heure présente. J'ai décidé de faire des changements dans ma vie. Les médecins m'ont bien répété que si je ne changeais rien, j'étais assurée d'une rechute.
Je sais très bien ce que j'ai à changer…c'est bien cela qui m'effraie… penser à faire des changements, c'est bien facile en théorie, changer pour vrai, dans la pratique, c'est une autre histoire.
Avec les amies et ma famille qui me soutiennent de leur amitié, si je ne veux pas les décevoir, il faut que je me répète souvent : Lise, tu en es capable!

13 Mars 2008 - Je rencontre mon médecin de famille. Elle a reçu les résultats de mes tests sanguins.
Je lui parle de ma grande fatigue. À certains moments de la journée, je me sens comme la neige qui fond au soleil. Je dois m'allonger pour refaire mes forces.
J'ai de la difficulté à reconnaître mes limites. Le matin, j'entreprends mille et une choses et, tout à coup, c'est l'épuisement total, et je me décourage en pensant à tout ce que j'accomplissais avant.
Mon médecin me rassure, elle me dit que c'est normal, que la radiothérapie cause de la fatigue et ce, même après plusieurs mois. Mes globules blancs ne sont pas encore assez hauts et heureusement, elle normalise toutes les anomalies ressenties depuis le début de ce combat.

14 Mars au 23 mars 2008 - Maintenant, j'apprécie chaque jour : je me lève tard, huit heures, c'est mieux que cinq heures et demie! Je prends ma tasse de café devant la TV, calmement, en me disant que ce qui ne sera pas fait aujourd'hui, je le ferai demain. Non? Je me trouve bien.
Chaque fois que je vais au magasin où je travaille, je me sens appréciée, les employés semblent avoir hâte que je revienne et cela me fait du bien.
Je profite donc de ce ¨congé¨ temporaire pour aller au restaurant avec mes amies. Je communique beaucoup avec ma famille par Internet. Mes amies de la Fondation du cancer me téléphonent. Nous parlons des sentiments et des expériences que chacune a vécus durant cette période. C'est rassurant, je ne suis pas seule à me sentir si fatiguée.
J'en profite pour lire. J'en ai tellement rêvé, le temps où je travaillais, en pensant seulement à faire plaisir aux autres au détriment de mes propres désirs.
Pour m'aider, je vais chaque mois en massothérapie. J'ai la chance d'avoir rencontré une excellente masseuse, elle travaille avec l'énergie et à chaque fois, j'ai l'impression de retrouver mon corps. Wow! Quelle merveilleuse sensation!

23 Mars 2008 Dimanche - Pâques, la résurrection du Christ! Et c'est ma fête…
Drôle de hasard cette année, n'est-ce pas? Quel beau jour! Je me sens ressuscitée, moi aussi. De plus, ma sœur Diane a organisé un brunch en mon honneur avec la famille, une table bien garnie.
Elle a également fait un témoignage très touchant, en me remerciant de lui avoir permis de m'assister au fil de ma maladie.
Elle a ainsi pu découvrir des forces qu'elle ne soupçonnait pas en elle. Elle a remercié toutes les personnes présentes en décrivant à chacune leurs forces. Je l'envie un peu de s'exprimer si bien, alors que moi, j'ai besoin de beaucoup d'énergie pour dire ce que je ressens. Parfois, l'émotion me submerge et mes paroles n'expriment pas ma véritable pensée.
Je suis certaine maintenant que ma vie va s'améliorer. Je m'organise des sorties intéressantes. Je me promets de vivre un bel été, de profiter pleinement de chaque jour, du soleil, de mes fleurs. Cette année, mes fleurs, je vais les admirer, ce sera ma récompense.
Je regarderai les oiseaux manger à quelques pouces de ma fenêtre et j'écouterai leurs chants mélodieux. J'ai la chance d'habiter dans une rue où il y a beaucoup d'arbres, donc, beaucoup d'oiseaux. J'ai décidé de prendre un cours de méditation, d'une durée de dix semaines afin de m'aider à ne pas penser à cent choses en même temps. Je vais aller à Québec visiter ma famille.
Je veux organiser ma vie en fonction de mes besoins et non de ceux des autres. Souvent, j'ai fait l'erreur d'agir en pensant que j'aidais les personnes que j'aimais, en faisant les choses à leur place. Je réalise aujourd'hui que loin de les aider, je leur envoyais le message qu'ils en étaient incapables. Il n'est jamais trop tard pour changer...
À suivre…