Jeannette
(alias Jean LePhilosophe)
vous présente

"LE RUBAN ROSE"
#15

"Est-ce seulement une rémission?
Que de questions sans réponses...

14 janvier 2008 -J'ai passé les premiers jours de cette nouvelle année en réflexion sur le passé.
Je commence seulement à avoir un petit regain de vie. J'apprécie mon fauteuil sur lequel je rêvais de m'asseoir lorsque je travaillais et dans lequel je ne prenais même pas le temps de relaxer.
Je m'inquiète lorsque je pense à cette radiothérapie que je dois commencer en février. J'ai peur de mal réagir, comme j'ai fait pour la chimiothérapie.
Chassons les idées noires et vivons une journée à la fois.

15 janvier 2008 -Une compagne de travail m'a accompagnée au centre de traitements de radiothérapie à Montréal. Elle connaissait bien la ville puisqu'elle avait reçu des traitements à cet hôpital. J'ai rencontré l'oncologue qui s'occupera de mes traitements. Il m'a posé quelques questions, m'a examinée le sein et n'a rien dit d'autre. Ma compagne et moi sommes allées visiter l'hôtellerie où sont logées les personnes en traitement. C'est très bien aménagé là où j'habiterai durant mon séjour. Je partagerai ma chambre avec une personne qui reçoit le même traitement que moi. Je serai hébergée pour la modique somme de quinze dollars par jour.
L'arrangement me convenait parfaitement et je décidai de demeurer à cet endroit, pour éviter des voyages inutiles, en plus, avec la neige qui ne cesse de tomber durant cet hiver très spécial.
Après cette visite, je retournai chez moi. Je devais descendre à Québec, chez maman, passer quelques jours.
Un désappointement m'attendait : ma sœur Diane me téléphonait pour m'aviser que le programme était changé et que nous devions descendre le soir même, car maman était à l'hôpital.
Son médecin avait commandé l'ambulance, il redoutait un infarctus. Maman était désappointée, elle qui avait tellement hâte de revoir sa grande fille.
Nous ne nous étions pas revues depuis l'automne dernier, et j'allais la visiter avant d'entrer à l'hôpital pour un mois.
Je me sentais stressée. S'il fallait qu'elle soit malade en même temps que je reçoive mes traitements, j'aurais toujours peur qu'il lui arrive quelque chose durant mon absence et ne plus la revoir.
J'ai couché chez Diane et le lendemain, elle nous attendait pour le déjeuner! Vite, je m'habille, je suis bien heureuse, nous allons passer la semaine ensemble.

16-17-18-19-janvier 2008 -C'est la belle vie, je séjourne chez ma mère, chose inespérée. Après tout, hier, elle était à l'hôpital et aujourd'hui, elle a soin de moi comme si j'étais une reine. Nous avons passé une semaine extraordinaire dans la paix, en appréciant la présence l'une de l'autre.
Mes cousines sont venues me visiter. J'ai reçu plein d'amour qui me prouvait, une fois de plus, que cela valait la peine de combattre pour survivre.

Le 20 janvier -Mon ex-mari est venu me chercher et je retourne chez moi en attendant le mois de février pour la radiothérapie. J'apprécie de ne pas souffrir. Je suis heureuse… Je ne croyais pas reprendre goût à la vie après avoir été aussi malade.
30 janvier -J'ai un rendez-vous à l'hôpital Notre-Dame à Montréal, pour marquer à l'encre les parties de mon corps qui devront être traitées, soit le sein et le dessous du bras où sont situés les ganglions cancéreux.
Il faisait tempête, ce qui m'encouragea d'autant plus à demeurer à l'Hôtellerie pour la durée des traitements.

1 février 2008 vendredi -Après avoir fait quelques emplettes, je reviens à temps pour voir la tempête s'élever. Je suis assise dans mon salon et je relaxe avant de commencer la radiothérapie, le 5 février.
De ma fenêtre, je contemple mon beau sapin couvert de neige. On dirait qu'il a mis son pyjama pour l'hiver. Je remercie la Vie de me donner une autre chance de guérir : une prière de reconnaissance monte de mon cœur à mes lèvres, merci mon Dieu pour la Vie que tu nous as donnée, cette vie que je n'ai jamais autant appréciée."
À suivre…