Jeannette
(alias Jean LePhilosophe)
vous présente

"LE RUBAN ROSE"
#1

27 septembre 2007
Depuis quelques semaines, tous les jours dans les pronostics de cancer du sein, on présente un ruban rose très large et on peut entendre une voix nous prédisant que 14 % des personnes atteintes du cancer du sein mourront cette année. Et la voix continue avec indifférence : "Quelques centaines de personnes pleureront la perte d'une épouse, d'une mère ou d'une fille…".
J'ai toujours écouté ces pronostics avec une oreille un peu indifférente aussi… Ça n'arrive seulement qu'aux autres…Jusqu'au jour où...
C'est là que l'histoire commence et se poursuit sans que l'on en connaisse encore le dénouement. L'attente, toujours l'attente, le purgatoire sur terre…
Et voilà le début d'une vie et d'une survie qui se joue maintenant...
Une petite fille adorait les rubans roses. Lorsqu'une grosse peine venait la décevoir et qu'elle perdait confiance en elle-même, pour la réconforter sa maman n'avait qu'à lui faire de belles " Lulus " avec deux petits rubans roses, et de nouveau la confiance était présente dans sa vie. Cette petite fille très sensible ne demandait qu'une chose à la vie : "De l'amour, toujours de l'amour". Et pour ce faire, elle faisait tout pour être aimée. Qui sur cette terre peut remplir un besoin aussi fort? Elle était d'un dévouement sans bornes, oubliant son corps pour ne penser qu'à adoucir le sort de son entourage. Et elle a grandi et vécu sans se soucier de ses propres besoins. D'ailleurs, l'époque se prêtait très bien à ce dévouement. Ses parents et son entourage l'admiraient beaucoup pour son travail. C'est tellement facile d'abuser de quelqu'un qui est là sans qu'on ne l'ait demandé.
La vie a continué… Mariage, éloignement de sa famille par la distance; de l'est du Québec au nord de Montréal, en 1966, le trajet était un peu compliqué, ce qui rendait les déplacements plus difficiles et les visites à sa famille plus rares. Ce n'était pas facile pour une jeune fille de 19 ans. L'attente d'un bébé comblerait sans doute ce vide, ce besoin d'aimer et d'être aimée. Enfin la nature la comble. Elle est enceinte et ne vit que de ce bonheur.

14 octobre 1969 - Un malheureux accident de la route vient engloutir cet espoir. Un autobus l'a heurtée de toute vitesse et on l'a retrouvée quelques centaines de pieds plus loin avec des cassures de partout et bien entendu Lise ne peut se souvenir des suites de cet accident qui a provoqué la perte de son bébé. Pendant trois semaines, elle est demeurée dans le coma. Elle souffrait beaucoup et dans son délire elle croyait être dans les douleurs de l'enfantement. " C'est tellement difficile d'accoucher " disait-elle. Elle avait une fracture du crâne, du bassin et de la clavicule droite. Elle a fait un abcès péritonéal au foie. Seule sa jeunesse pouvait la sauver.
Le bébé a payé de sa vie. Son petit corps a été le coussin qui a protégé les organes vitaux de sa mère. Mon petit-fils, avant de naître, a sauvé ma fille d'une mort certaine. C'était le jour de l'Action de grâces, 14 octobre 1969.
En l'année 2007, je rends grâces à la vie qui m'a laissé un trésor aussi précieux : ma fillette aux rubans roses.
Elle était forte et capable de s'en sortir, tout comme aujourd'hui.... J'ai confiance. Elle vaincra ce cancer!

À suivre...