Sorry, you don't support that plug-in

ROMAN-FEUILLETON VIRTUEL

LA RIVIÈRE CHAUDE

Épisode 24
La vie à Vancouver

Sylvie et Niels Kristensen avaient décidé de passer leur lune de miel en croisière sur le magnifique bateau du Canadian Steamship Line qui naviguait les eaux calmes du fleuve Saint-Laurent et du Saguenay et s'arrêtait à Tadoussac, Murray Bay et Montréal. La veille, Niels avait pu apprécier de nouveau le charme colonial de la belle ville de Québec.
Sylvie espérait que Niels comprendrait son innocence et serait patient la nuit de leur noce. Elle était toujours vierge et même si elle connaissait l'anatomie de l'homme, elle ne savait rien de l'art de faire l'amour. Elle ne demandait pas mieux que d'être initiée et d'apprendre. Juste à y penser, elle se sentait nerveuse.
Avant le souper, alors qu'il sortait tout ruisselant de la douche, Niels la préparait à sa manière, en lui murmurant à l'oreille des promesses de plaisir qu'elle n'avait jamais entendues auparavant et qui la faisaient rougir. Il lui mordilla légèrement le bout de ses seins. Puis, il prit sa main et la posa sur son organe viril, fièrement. Sylvie n'était pas sûre que tous ces touchers indécents lui plaisaient, mais elle était troublée par ses belles paroles et ses gestes nouveaux. Elle se perdait dans le bleu de ses yeux tendres qui s'éclaircissaient d'une sorte d'ardeur dominatrice qui prenait et séduisait à la fois. Elle était prête à se remettre plus tard entre les mains de ce bel homme au corps ferme et trop blanc contrastant avec le sien bronzé et doux, souhaitant que ce fut une expérience plaisante.
Ils s'habillèrent, pleins de pensées érotiques, espérant que l'attente ne ferait qu'aiguiser leur curiosité déjà grandissante.
Dans la splendide salle à manger du navire, ils burent lentement du bon vin, dégustèrent leur repas gastronomique et dansèrent langoureusement. Il l'attisait avec des mots passionnés et il l'agaçait avec ses yeux enflammés.
Une fois dans leur cabine, ils s'allongèrent nus sur le lit trop étroit. Il la prit avec une délicatesse infinie, la pénétrant graduellement. Elle n'éprouva rien d'agréable, seulement un malaise, mais ne s'en inquiéta pas. Elle avait souvent entendu dire que les premières relations sexuelles ne sont pas toujours réussies et que c'est avec un apprentissage progressif qu'un couple obtient une harmonie amoureuse.
Les nuits suivantes, elle se soumit de nouveau à l'acte du mariage sans grand enthousiasme. Avec les murs si minces de leur cabine, elle avait presque honte du bruit qu'ils faisaient chaque fois et que leurs voisins pour sûr entendaient. Dans les regards du capitaine et des officiers, elle décelait des petits sourires qui en disaient long… Cependant pour Sylvie tout était nouveau, merveilleux et possible. Vancouver l'enchanta immédiatement. Elle avait l'impression de tout recommencer à neuf dans cette ville où elle était anonyme et sans histoire, une nouvelle vie dans la langue anglaise qu'elle maîtrisait assez bien.
Niels lui fit visiter sans tarder le splendide parc Stanley, le canyon Capilano, la cannerie de saumon, le conservatoire Bloedel et les jardins incroyablement beaux du parc Reine Élizabeth. Elle s'arrêta pensive devant les totems relatant l'histoire indienne de la province. Elle découvrit Chinatown, l'univers chinois le plus fabuleux et le plus coloré du Canada.
Leur maison victorienne était dans une banlieue résidentielle de Vancouver. Ils étaient à la portée de tout. L'intérieur était décoré de meubles antiques, de lampes tamisées, de dentelles et de bibelots anciens. Sylvie avait l'impression que chez Niels le temps s'était arrêté à l'époque victorienne.
Sylvie aimait ce coin paisible. Elle s'ajustait assez bien à la vie dans l'Ouest canadien et Niels était là pour lui faciliter les choses. Son estime pour Niels grandissait de jour en jour. Elle l'admirait de plus en plus pour ses nombreux talents, sa noblesse et sa sagesse solide et souple. Il s'entourait toujours d'amis avec qui il aimait faire de l'humour, de la musique ou discuter journalisme et voyages. Il était de nature flamboyante et sa compagnie agréable était recherchée. Il la traitait comme une princesse et multipliait les actes de générosité et de galanterie pour elle.
Ils allaient souvent à la plage visiter sa riche tante Aase ainsi que ses cousins. Aase Kristensen donnait régulièrement des réceptions élaborées dans son grand parterre réunissant toutes les personnalités politiques et influentes qu'elle connaissait ainsi que les gens d'affaires supportant son journal.
Niels et Sylvie prenaient parfois le traversier à Tsawwassen pour naviguer à travers les magnifiques îles Gulf jusqu'à la baie Swartz, puis ils se rendaient à Butchart Gardens pour admirer les vingt-sept acres de " quatre jardins dans un " beaux à vous en couper le souffle. Victoria, la capitale, les captivait chaque fois. Ils aimaient l'hiver clément que les vents chauds du Pacifique leur accordaient…
Niels tenait à enseigner les rudiments du métier de journaliste à Sylvie qui s'y passionna immédiatement; passion allumée par la tension unique et constante dans la salle de rédaction, le bruit curieux des imprimeries en marche, l'odeur spéciale de l'encre coulant à flots; et surtout l'excitation de voyage avec Niels dans toutes les directions possibles pour rédiger des articles intéressants pour leurs lecteurs sur des vacances de rêves. Elle s'occupait également d'assurer la continuité des annonces paraissant dans le journal en faisant des visites amicales à leurs nombreux clients. Elle accompagnait Niels dans les soirées de première classe de l'industrie touristique où il brillait par sa verve et son charme inné. Même si elle se sentait dépaysée, elle apprenait vite à se mêler aux représentants de l'office du tourisme, des compagnies qu'écouter attentivement était la clé du succès de toute relation humaine. Alors elle se débrouillait fort bien et s'accommodait des politesses flatteuses et des rires mondains…
Niels lui fit prendre des cours de maquillage pour mettre en valeur sa beauté de brunette. Il l'amena dans des boutiques chics pour qu'elle s'habillât avec plus de recherche et de goût. Il était en train de la transformer en une jeune femme élégante et sophistiquée dont le charme naturel dominait toujours. Au fond, malgré tous ces artifices, elle gardait son âme simple que Niels n'aurait pas changé pour tout l'or du monde; c'est ce qui distinguait Sylvie des autres et la rendait unique à ses yeux.
À suivre...




La rivière Chaude
©1985,2007 Annetter Tous droits réservés