Sorry, you don't support that plug-in

ROMAN-FEUILLETON VIRTUEL

LA RIVIÈRE CHAUDE

Épisode 21
L'enterrement

Antoine attendit quelques jours pour se calmer les nerfs et croyant sa femme absente, il aborda Diane en ces termes :
-J'aimerais savoir quelles sont vos intentions à Mario et à toi?
-Très honnêtes, papa, puisque nous sommes fiancés et que, dans un avenir rapproché, nous unirons sans doute nos destinées, répondit- elle le plus naturellement du monde.
-Es-tu certaine de ce que tu avances?
Le ton de son père lui donna un frisson d'effroi.
-Est-ce que quelque chose pourrait contrecarrer nos projets? s'empressa-t-elle de demander.
-En effet la résurrection d'un mort : Bruno.
Émilienne, que le bruit des deux voix avait attirée à son retour, colla son oreille à la porte juste à temps pour entendre cette dernière phrase qui lui fit porter la main à son cœur.
La réponse de Diane lui parvint ironique :
-Je vois que mon affaire est devenue secret de Polichinelle.
-Il est temps que la vérité se fasse jour. Tu ne peux continuer à vivre en ne brodant que mensonges sur mensonges. Ta place est avec Bruno.
-Si ça me plaît à moi de jouer à la jeune veuve.
Un silence lourd presque tragique régna. Émilienne de sa cachette, pensa :
-Je savais bien qu'on me cachait quelque chose de grave.
Ses jambes étaient molles et elle se sentait faiblir.
Ce fut comme dans un cauchemar qu'elle écouta Antoine supplier :
-Mon enfant, quelles que soient les erreurs que tu as commises, reprends-toi! Tu ne peux continuer à manipuler Mario et à te faire fi du sacrement de mariage.
-Cela ne serait pas si j'avais un mari affectueux vers qui me tourner.
-Tu as un fils qui peut te combler de joie.
-Et que Bruno m'a enlevé afin de me faire pâtir!
-Il a agi sous sa première impulsion. Je crois que si tu lui prouvais ton amour pour votre enfant, il le partagerait avec toi. Vous avez mûri tous les deux depuis. Il vous faut tenter l'impossible ne serait-ce que pour épargner ce petit être innocent que vous avez mis au monde.
-Tant que le visage de Sylvie se dressera entre nous deux, il n'y aura rien à faire, s'écria-t-elle plaintivement. Si j'avais compris cela plus tôt, je ne me repentirais pas aujourd'hui d'avoir aimé et d'aimer encore malgré tout un homme qui a bafoué mon bel amour. N'exigez donc pas de moi maintenant d'abandonner Mario auprès de qui je me sens enfin une femme désirable et aimée. Je suis à lui et c'est mon privilège.
À ce moment, la porte s'ouvrit et madame Dusablon tomba la figure contre terre.
D'abord consternés, Antoine et sa fille reprirent leur sang-froid et essayèrent de la ranimer, en vain.
Émilienne avait voulu intervenir. Les forces lui avaient manqué et elle s'était écroulée sur le plancher, morte instantanément. La crise cardiaque tant redoutée avait fait son œuvre.
Antoine fit appel au médecin de famille, au prêtre et au service des pompes funèbres.
Devant son cercueil au salon mortuaire, tous défigurés par les larmes, les Dusablon récitaient pieusement le chapelet à toutes les heures.
De son vivant, Émilienne aimait prier chaque soir à sept heures avec le cardinal Paul-Émile Léger à la radio. On méditait sur les mystères joyeux les lundis et jeudis, les mystères douloureux les mardis et vendredis et les mystères glorieux les mercredis, samedis et dimanches. Toute la famille s'agenouillait docilement avec elle devant la grande croix noire en bois, sur laquelle le curé de leur paroisse avait appliqué les indulgences du Chemin de la Croix et de la bonne mort.
La mort soudaine d'Émilienne les rapprochait mystérieusement d'une autre façon… Ils croyaient tous à la vie après la mort.
La vie après la mort… Sylvie voyageait dans ses souvenirs et c'était la noyade de Luc dans la rivière Chaude. Un remous l'avait englouti. En le sortant avec des câbles, on l'avait cru mort… Mais c'était la version de Luc après l'incident qui l'avait le plus intéressée. Il lui avait fait jurer cracher de garder son secret… Il ne voulait pas que les autres rient de lui… Il lui avait dit qu'il s'était senti soudain soulevé dans les airs… C'était d'En haut, ballotté dans l'espace, qu'il regardait son propre corps inerte et ses propres poumons se remplir d'eau… Comme un simple spectateur, il les voyait s'affairer et les entendait tous parler sur les bords de la rivière. Il avait même rapporté à Sylvie les conversations mot pour mot alors que lui gisait au fond de la rivière… Il se sentait bien. Une lumière douce l'enveloppait et le réchauffait. Il ne bégayait plus. Il était heureux. Puis le noir s'était fait. C'était alors qu'il avait repris conscience et qu'on l'avait déclaré sauvé. Il avait dit à Sylvie que la mort ne lui ferait plus jamais peur. Et elle s'était accrochée à cette idée. Elle le lui avait fait raconter maintes fois, intriguée par le mystère de la vie après la mort, la vie après la vie… Émilienne, sa mère adoptive, allait rejoindre Marielle, sa mère biologique. Toutes les deux demeureraient présentes dans ses pensées quotidiennes. Sylvie était convaincue que, dans cette autre dimension réservée à l'âme, elles pouvaient l'entendre…
On enterra Émilienne Dusablon par un jour sombre et triste où il semblait que la nature entière avait pris le deuil, mais un jour d'une sérénité immense et d'un calme profond.
De nouveau veuf, Antoine allait et venait du soir au matin, les yeux hagards, le dos courbé sous le poids de cette cruelle épreuve.
Sylvie se sentait indirectement coupable. Elle se porta volontaire pour des heures supplémentaires au bureau et s'inscrivit à des cours d'espagnol.
Diane, que le remords rongeait, trompait son supplice dans de sauvages chevauchées à travers bois. La douce Annie se jetait à corps perdu dans ses études au couvent, songeant plus que jamais à se consacrer bientôt au service de Dieu.
Diane ne pardonnait pas à Sylvie d'avoir mêlé son père à son affaire et le fossé entre elles se faisait de plus en plus creux.
Par correspondance, Diane fit part à son mari des tristes événements, lui laissant sous-entendre qu'il était libre de revenir à Québec. Il lui envoya une lettre de sympathie des plus touchantes, s'excusant d'être retenu à Windsor pour affaires urgentes.
Comme sa passion pour Mario s'éteignait petit à petit, Diane lui remit sa bague de fiançailles et lui fit des aveux complets qui plongèrent le jeune homme dans l'anéantissement le plus total.
Quelques semaines plus tard, Mario annonçait à son père qu'il venait de se porter volontaire pour aller enseigner au Zaïre et rejoindre l'un de ses compagnons d'études qui y était depuis deux ans.

À suivre...




La rivière Chaude
©1985,2007 Annetter Tous droits réservés